Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

8. La précieuse fontaine.

 

 

 

L’eau, au Villard comme partout, c’est la vie. Et dans ces régions sèches et montagneuses, elle est rare et précieuse. On l’a déjà vu pour l’arrosage et contre le feu.
Pour la vie courante, les habitants sont alimentés par la fontaine, qui capte l’eau d’une source en amont du village. Et comme vous le voyez sur la photo, en cette mi-septembre, le débit est déjà faible. Les neiges des sommets environnants, avec les chaleurs de l’été, ont déjà bien fondu.
Dans le passé, tout le monde devait aller s’y fournir. Pour certains, la route était longue, et « aller à l’eau » était une corvée familiale pénible, en hiver surtout. Ma grand-mère m’a souvent raconté ce travail ingrat, lourd, long. Surtout en hiver, quand la ruelle étroite était obstruée de la neige tombée des toits. Il fallait traverser cette neige amoncelée, dans laquelle on s’enfonçait jusqu’à la ceinture, un seau dans chaque main. Et pas seulement pour un aller-retour ! Non, il y avait aussi les bêtes, les vaches, les mules, les chèvres, dans l’écurie, qui devaient elles aussi boire. Ca en faisait des seaux à charrier !



15/01/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 79 autres membres