Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

01/06 : "Des frites aux éperons d'or..."

     J'ai lu dans la presse que l'échevin du commerce de la bonne ville de Courtrai, Mr Scherpereel, a obligé le tenancier d'une friterie qui allait s'installer sur la Grand Place à modifier illico le nom de son établissement. L'enseigne, qui aller porter le nom "Friterie Grand Place" devra désormais afficher "Frituur Grote Markt".

     Encore un nouvel exemple de cette psychose paranoïaque de politiciens qui souffrent du grave complexe d'infériorité de leur dialecte subrégional par rapport à la langue de Voltaire!... Mais c'est absurde : le flamand n'est pas une langue, comme le wallon n'en est pas une non plus. Ce sont des dialectes régionaux qui n'ont pas eu la chance de s'imposer comme langue nationale à cause des hasards de l'Histoire.

     Et justement, à propos d'Histoire, le fier échevin la prend même comme argument pour justifier son diktat : "On ne peut quand même pas imaginer des enseignes en français dans une ville qui a connu la Bataille des Eperons d'Or!"

     Seulement, Mr l'échevin du "Commerce Unilingue" n'est pas celui de la Culture ni de l'Enseignement! Car s'il avait suivi de vrais cours d'Histoire, et pas ceux des politiciens qui la refont selon leur intérêt, ou qui parlent de Wallbanie et de Wallabama, il connaîtrait la véritable histoire de cette célèbre bataille, et que je m'en vais vous rappeler derechef! Car je suis sûr que vous aussi, vous aviez dormi pendant ces cours pourtant si utiles!

 

     L'histoire commence avec la révolte des artisans des villes flamandes contre le Roi de France Philippe le Bel, car il voulait trop taxer la laine utilisée par l'industrie textile locale et qui venait d'Angleterre, son ennemie.

 

     La révolte avait commencé à Bruges (les "mâtines brugeoises") et les Français avaient été chassés de Flandre, sauf de 2 places fortes : Courtai et Cassel.


     Le comte de Flandre, Guy de Dampierre, soutenait la révolte de son peuple.

 

     Et c'est alors que le Comte Guy de NAMUR (!), son allié, va prendre la ville de Courtrai. Eh oui, les "wallons" Namurois étaient à l'époque les alliés des Flamands! Et les troupes gantoises s'étaient même mises sous son commandement.!!!

 

     Et c'est cette chute de Courtrai qui va provoquer l'arrivée de l'armée française, commandée par Robert d'Artois.

 

     Et pour la bataille, les Flamands et les Namurois vont même recevoir l'aide de l'armée de Guillaume de Julliers, archidiacre de LIEGE!!! (Eh oui, les Liégeois aussi étaient de la partie!!!)

 

     L'éminent historien Henri Pirenne voit même dans cette bataille la 1ère manifestation de "l'unité belge", car le Comté de Namur de l'époque correspondait à peu près aux frontières de la "Wallonie" actuelle. Je me demande même pourquoi les politiciens wallons n'essaient jamais de contredire la version "flamande" de la bataille : peut-être ont-ils eux aussi intérêt à entretenir la division entre les Belges!?

 

     Voilà donc comment des politiciens mal intentionnés peuvent transformer l'Histoire à leur avantage afin de créer une sorte de "mythe" de la Flandre victorieuse sur la France et donc sur la francophonie. Un peu comme les mêmes politiciens ont transformé les guerre de 14/18 à leur façon pour réer le mythe du pauvre soldat flamand méprisé par les officiers francophones et sacrifié sans avoir compris les ordres.

 

     Ces mythes sont d'autant plus des mythes qu'ils ne résistent pas à la critique historique, mais encore moins à l'analyse linguistique au sens scientifique du terme. En effet, en 1302, époque de la fameuse bataille, ni le flamand ni le français n'existaient comme langue, on était encore en pleine féodalité, où chaque village vivait quasiment séparé du reste du monde, et où les patois évoluaient si différemment qu'on ne se comprenait pas à 30 km de distance! De même, en 1914, les soldats wallons (picards, namurois, liégeois, gaumais) se comprenaient à peine entre eux dans leurs patois respectifs et n'avaient jamais appris le français, n'ayant jamais été à l'école! Alors, ils n'étaient pas mieux lotis que les flamands

 

     Et voilà, le cours est fini! J'espère sincèrement qu'il vous aura intéressé malgré sa longueur...

 

     Mais voilà ce qui arrive quand on ne connaît pas l'Histoire, ou quand on n'en retient pas les leçons...



01/06/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres