Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

4/7 : "Pourquoi la Belgique a-t-elle un Roi?"

    A l'heure où le Roi Albert II vient d 'annoncer son abdication en faveur du futur Philippe Ier, les commentaires vont bon train. La NVA, qui rêve de confédéralisme ou même de sécession préconise aussi une république dont De Wever voudrait devenir le président omnipotent. En Wallonie, certains rêvent d'un rattachement à la France et de se fondre ainsi également dans une république pourtant très monarchique. Bref, l'institution monarchique semble n'avoir jamais été aussi ébranlée, à l'heure où la Belgique aurait pourtant grand besoin d'unité.

   Et quand on parle du Roi et de la monarchie belge, j'entends souvent des choses fausses, douteuses ou approximatives. Beaucoup, trop, parlent sans savoir. Alors j'ai décidé, pour mes lecteurs qui me suivront jusqu'au bout de cet article, de répondre à une question essentielle pour comprendre le présent : "Pourquoi la Belgique a-t-elle un Roi?". Et comme souvent, les gens ont oublié leur cours d'Histoire.

 

1° Pourquoi ne pas avoir choisi une république en 1830?

 

Tout simplement parce que "Chat échaudé craint l'eau froide!".

En effet, 1830 ne fut pas la première révolution des provinces belges contre l'occupant.

En 1789, ces provinces (Brabant, Gueldre, Flandres, Namur, Malines, Tournaisis, Hainaut) se révoltent contre l'Autriche à laquelle elles appartenaient. Le 27 octobre 1789, les Autrichiens sont battus à Turnhout et chassés. Et le 11 janvier 1790, ces provinces libérées se proclament les "Etats Belgiques Unis", qui prend la forme d'une république. Mais une république, à cette époque où toutes les grandes puissances sont des monarchies, ne reçoit aucun soutien international, et le 27/11/1790, les Autrichiens, avec la capitulation de Namur mettent fin à la belle aventure.

 

2° La révolution de 1830 et le choix de la monarchie.

 

-1830 aurait été un très mauvais moment pour choisir  à nouveau une république.

-En effet, la révolution s'est faite contre la Hollande ( à laquelle on nous avait rattachés en 1815), alliée des vainqueurs de Napoléon (Angleterre, Russie, Prusse, Autriche), tous des monarchies qui avaient une peur bleue du mot "république". Choisir de devenir une république, c'était la garantie de voir ces grandes puissances venir l'écraser dans l'œuf et rétablir l'unité avec la Hollande.

-Le choix de la "monarchie" était donc une choix plus diplomatique que sincère. C'est parce qu'il le fallait bien!

 

3° Le choix du roi Léopold I.

 

Ici c'est aussi de la haute diplomatie à la belge pour être sûr de plaire à tout le monde! Et pour choisir, on a bien choisi :

-Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha est le fils du souverain de Saxe. Il convient donc aux Prussiens!

-Il est aussi proche des Romanov (tsars de Russie) car le fils de Catherine de Russie a épousé Julienne de Saxe-Cobourg. Il convient donc à la Russie!
Il devient même colonel d'un régiment de cavalerie russe qui va se battre contre Napoléon, et est nommé général de Division de l'armée russe.

-en 1816, il épouse la princesse de Galle (fille du futur George IV d'Angleterre) qui meurt en 1817.
Il convient donc aux Anglais! Il devient le conseiller de la reine Victoria.

-en 1830, il refuse la couronne de Grèce et devient roi des Belges, avec l'assentiment de toutes les grandes puissances!

- il va ensuite épouser en secondes noces une princesse française, se faisant ainsi l'allié de la France.

 

4° Mais un roi sans pouvoirs, donc sans danger d'absolutisme!...

 

Echaudés par les monarchies absolues et l'empire français, les Belges vont se fabriquer un roi sur mesure : sans aucun pouvoir dans une "monarchie constitutionnelle".

 

"Le Roi règne, mais ne gouverne pas."

La Constitution fait du "Roi des Belges" (il n'est pas 'Roi de Belgique" : il ne possède donc pas le royaume...) un "incapable" : toute loi doit être signée par lui avant d'être publiée, mais elle doit, pour être valable, être contresignée par un Ministre qui en prend la responsabilité.

MAIS, mais, mais...

"Au pays des aveugles, les borgnes sont rois!"

Si le roi est théoriquement "incapable", nos hommes politiques le sont souvent plus encore que lui. Incapables, après les élections, de se mettre d'accord pour choisir entre eux un premier ministre et un gouvernement.

Et heureusement, la Constitution a prévu que le Roi a le rôle de choisir un formateur. Il est le seul au-dessus de la mêlée de la cour de récréation à pouvoir imposer celui qui aura la mission d'essayer de former un nouveau gouvernement.

Mais imaginez qu'il n'y ait plus de roi pour jouer l'arbitre au lendemain des élections, croyez-vous vraiment que nos politiciens seraient capables de discuter calmement pour se mettre d'accord sur l'homme de la situation?

 



04/07/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres