Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

Soldat Eugen FISCHER, Kortewilde 14-18.

Capture photo E Fischer.PNG

 

 

     Dernièrement, j'ai reçu, "par hasard", la visite de touristes alsaciens. Ils séjournaient dans la région d'Ypres, sur les traces d'un grand-père qui avait fait la guerre 14-18 dans le secteur. Ils s'étaient arrêtés dans le quartier pour poser une question à un voisin, et celui-ci, connaissant par mon blog l'intérêt que je porte à l'histoire locale, leur avait suggéré de sonner à ma porte...

    S'ils étaient venus plus particulièrement à la Cortewilde, c'est parce que leur grand-père y avait séjourné à plusieurs reprises.

 

     Mais comment pouvaient-ils bien le savoir?...

 

     En vidant le grenier de la maison familiale, ils avaient trouvé une caisse contenant plus de 360 lettres que leur ancêtre avait écrit à ses parents durant son séjour à la guerre.

 

     Il s'appelait Eugen FISCHER et il était Alsacien. Mais, depuis 1870 et la défaite de la France contre la Prusse, l'Alsace et la Lorraine étaient devenues allemandes. 

 

     Eugen était né en 1891, il était donc Allemand et c'est tout normalement qu'à 23 ans il avait été mobilisé dans l'armée allemande en août 1914.

 

     Il faisait partie de la XVe Armée, 30e Division, 99 IR (Oberrhein Infanterie Regiment), 2e Bataillon, 6e Kompanie.

 

     

     D'après les nombreuses lettres qu'il a écrites à ses parents (plus de 360 durant toute la guerre), il était dans la région d'Ypres du 16 novembre 1914 au 3 février 1916 puis du 14 mars 1917 au 11 mai 1917.

     Plus précisément : - 18 au 19 novembre 1914 : région d'Ypres

                                     - 24 novembre au 16 décembre : Wervick

                                     - 4 janvier au 21 janvier 1915 : Flandres

                                     - 25 au 27 janvier 1915 : Menen

                                     - 3 février au 10 février 1915 : Kortewilde

                                     - 16 février au 24 février 1915 : Wervick

                                     - 12 mars au 14 mars 1915 : Kortewilde

                                     - 19 mars au 27 mars 1915 : Wervick

                                     - 2 avril au 28 novembre 1915 : Kortewilde

                                  - 30 novembre 1915 au 3 février 1916 : Courtrai dans la famille Pierre DEBLON installateur sanitaire au 23 de la  O. L. Vrouwestraat ( on peut en déduire que les maisons de Courtrai n'avaient pas été évacuées de leurs habitants et que les soldats au repos étaient placés dans des familles)

                                     - 14 mars au 11 mai 1917 : Flandres

 

     Il raconte qu'à partir de la Cortewilde, les soldats allemands rejoignaient la première ligne vers la sinistre zone de Hill 60, théâtre de sanglants combats.

     Dans les intervalles, il a aussi combattu sur d'autres fronts, dont le terrible secteur de Verdun.

 

     Eugen avait donc effectué 3 séjours à la Cortewilde, à l'arrière immédiat du front. Et dans une de ses lettres, ses descendants avaient trouvé une carte postale avec une gravure du quartier où il indiquait la maison où il logeait. Et d'après ses précisions, cette maison devait être la nôtre, devant le grand arbre, ou celle des voisins de l'époque, la famille Verbeke, à droite du petit arbre :

 

 

Carte postale allemande cimetière Cortewilde 14-18.jpg

 

 

     Comme mes visiteurs me montraient cette gravure, je leur proposai de voir les photos que j'ai du quartier à la même époque, et ils furent très heureux de découvrir de vraies photos du coin avec des soldats allemands qui posaient devant les maisons en question.

      D'abord celle-ci, qui adopte le même point de vue que celui de la carte postale : vue du quartier en arrivant d'Hollebeke, avec le cimetière à gauche et au fond à droite les maisons Bartier et Verbeke. 

 

 

 

 

numérisation0003.jpg

 

 

 

     En voici une autre, plus rapprochée, avec plus de soldats. Au premier plan à droite la maison Verbeke, puis le chemin de la Caleute et la maison Bartier.

 

 

 

numérisation0002.jpg

 

 

 

     Et voici le même quartier vu cette fois-ci en arrivant d'Houthem :

 

 

 

numérisation0001 (2).jpg

 

 

 

 

    Le café de l'autre côté du carrefour : 

 

 

 

 

 

numérisation0001.jpg

 

 

 

 

      L'intérieur d'une maison du quartier à Noël 1915 :

 

 

 

numérisation0001 - Copie.jpg



 

 

 

     Epilogue :

 

     Eugen Fischer revint donc de la guerre sain et sauf et vécut encore de nombreuses années.

 

     A son retour en 1918, il devint Français puisque la France récupéra l'Alsace et la Lorraine.

 

     Durant son passage dans l'enfer de Verdun, il a peut-être combattu face à mon arrière-grand-père français Vincent Barnéoud, soldat français du Régiment des Chasseurs Alpins...

 

     Peut-être a-t-il aussi fait la campagne de l'Yser, là où se trouvait face à lui, au "boyau de la mort", le soldat belge Jérôme Bartier, soldat du 5e Chasseurs à Pieds, mon grand-père.

 

     Eugen était vigneron dans le petit village de Rosheim et est décédé en 1975, à l'âge de 84 ans. 



30/04/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres