Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

12/3 : "Service de déneigement"

 

      Mon fils Maxime travaille au Service Technique de la Commune en tant que conducteur d'engins, et durant l'hiver, il est affecté au service de déneigement. Un travail parfois ingrat, très fatigant, mais qu'il aime beaucoup.

      Cette année, c'est déjà la troisième fois qu'il est "réquisitionné", avec quelques collègues, pour saler et déneiger les routes de notre commune.

      Et cette fois-ci, le travail est particulièrement conséquent! Depuis que les intempéries ont commencé hier matin, le service travaille quasiment en non-stop.  Et cette année, les employés communaux ont reçu le renfort de quelques entreprises privées qui possèdent des engins qui font cruellement défaut à la Commune (bulldozer, ...). Il faut préciser que le matériel professionnel, chasse-neige, camion saleur, coûte très cher et n'est pas rentable pour une petite commune comme Comines. Des millions d'euros pour les employer 5 jours par an, ce ne serait pas raisonnable...

     Mais revenons à l'emploi du temps de ces derniers jours.

     Hier lundi était prévue une formation pour un groupe dont mon fils faisait partie. Mais dès midi, il a été appelé car la situation devenait périlleuse. Il fallait par exemple aller très rapidement saler le pont frontière, car la pente verglacée empêchait de nombreux véhicules de passer. Sitôt fait, il a fallu aller déblayer l'arsenal des pompiers à Warneton : pas question qu'ils soient empêchés d'intervenir en cas d'urgence!

     Et puis, avec la neige qui continuait à tomber et les quantités  qui s'annonçaient pour la nuit, il a fallu commencer à saler préventivement les routes. Pour cela, le territoire est divisé en zones dans chacune desquelles un itinéraire de passage est préétabli en fonction de l'importance du trafic. Il est donc normal que certaines routes peu fréquentées doivent attendre un certain temps. Un tour complet d'une zone nécessite environ 3 heures.

     Après le salage préventif, il a fallu tout de suite passer à la seconde phase : le déneigement avec les véhicules équipés d'une lame. Quand les chutes de neiges sont constantes comme hier, ce travail se fait en continu. On recommence au début de la zone dès qu'on l'a terminée.

     Maxime a donc travaillé ainsi hier de midi jusqu'à 23h où les hommes ont fait une pause. Pause bien courte puisqu'ils ont dû reprendre le travail dès 1h du matin, car les chutes se faisaient de plus en plus importantes et que le vent violent formait des congères. C'est ainsi que durant la nuit, son tracteur s'est trouvé complètement bloqué, malgré ses 190 CV, dans des congères de 1,20 mètre dans la rue de la Marlière à Houthem. Avec son collègue Clovis, ils ont mis plus d'une heure à dégager le tracteur à la pelle, avec de la neige jusqu'à la ceinture! Tôt le matin, ils ont dû aller dégager des véhicules qui s'étaient complètement bloqués dans les petits chemins de campagne.

     Ce travail de déneigement a duré jusqu'à 16h environ. Dès 17h, ils recommençaient le travail de salage préventif en vue de la chute des températures de cette nuit, ce qui devrait les occuper jusqu'à 22h ce soir. Il est déjà prévu d'être prêt dès 4h30 demain matin à cause des nouvelles chutes de neige qui s'annoncent pour ce mercredi... Bref : 33 heures de travail continu avec 2 pause de 2 heures seulement!...

     Je le disais en commençant : travail fatigant, mais travail ingrat aussi! Car en plus de la fatigue et des difficultés, il faut supporter certaines personnes qui ne se rendent pas compte de la réalité. Il y a tous ceux qui critiquent le temps d'attente avant leur passage. Mais on ne peut pas être partout en même temps quand une tournée dure trois heures!

     Il y a aussi tous ceux qui râlent car au passage de la lame, la neige est poussée sur le côté devant chez eux... Il faudrait en plus que devant chaque garage, les ouvriers communaux s'arrêtent pour libérer l'entrée de celui-ci!...

     Et puis il y a aussi tous les conducteurs qui se croient seuls sur la route, qui foncent comme des tarés, qui se garent n'importe où, empêchant le passage des engins. Et puis, comme ce matin, il y a les "malades" : un type qui trouvait amusant de faire des freins à main dans le rond-point des 5 Chemins, qui a mal calculé son coup au moment du passage du tracteur et qui est venu se planter contre la lame chasse-neige...et qui s'est tiré vite fait sans s'inqiuéter de savoir s'il avait causé des dégâts... 

     Bref, je crois qu'au lieu de crier tout le temps "Mais que fait la Commune", certains citoyens devraient se montrer un peu plus civiques, en balayant leur trottoir pour le facteur par exemple, et en respectant le travail de ces courageux ouvriers communaux.

     Chapeau Messieurs!

 

 

Si vous avez aimé cet article, cliquez ci-dessous sur "PARTAGER". MERCI !


    



12/03/2013
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres