Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

28/4 : "Témoignage sur le don d'organes à St-Henri Le Bizet."

IMG_0573.JPG

Il y a peu, les élèves des classes supérieures de l'école St-Henri du Bizet ont reçu la visite de 2 membres de l'ASBL "S.D.O" ( "Sensibilisation au Don d'Organe" ) pour une conférence sur cet acte de solidarité humaine.

    Au programme tout d'abord un exposé informatif et explicatif sur les différents types de greffes, la législation, etc., afin que les choses soient bien claires dans les esprits.

    Une deuxième partie, essentielle elle aussi, était une sensibilisation à la communication sur ce sujet qui reste trop souvent un tabou dans les familles. L'objectif en effet de ce type d'animation est de faire prendre conscience à chacun de ce leitmotiv : "Que je n'aie jamais à décider pour un autre et que personne ne doive un jour décider à ma place!". Pour cela un seul moyen : EN PARLER AVANT, au cas où... Faire part à ses proches de son choix personnel, afin de leur éviter de devoir peut-être un jour répondre à la douloureuse question : "Acceptez-vous que l'on prélève des organes sur votre proche parent? Car il n'avait rien dit de son vivant...".

 

     En complément à cette conférence, deux professeurs des classes concernées (ma fille Marie-Adèle et sa collègue Stéphanie Deken) m'avaient demandé de venir témoigner devant leurs élèves du vécu de ma greffe du foie, ce que j'ai accepté avec beaucoup de joie mais aussi comme un devoir.

     A leur demande, je leur ai expliqué comment j'en étais arrivé à cette dernière extrémité de survie. De ma longue lutte contre le cancer d'abord, que j'avais réussi à vaincre mais qui avait eu le temps de ravager mon foie. Et puis le long processus qui vous amène jusqu'à la greffe, si bien sûr vous avez la chance d'avoir un donneur à temps!... Et aussi la longue attente, l'obsession de ce fameux coup de téléphone qui vous déconnecte de la vie réelle durant toute la durée de celle-ci.

     J'ai surtout voulu insister sur l'importance primordiale, selon moi, du moral et de l'espoir qui sont toujours restés des soutiens essentiels, avec aussi et surtout, durant ces 3 longues années, la présence de ma famille à mes côtés pour m'aider à supporter toutes les épreuves.

     Les élèves m'ont ensuite posé des questions qu'ils avaient préparées avant mon passage, questions que j'ai trouvées très pertinentes et pleines de maturité. On sentait que l'exposé précédent les avait conscientisés, et tous m'ont avoué en avoir reparlé chez eux après la conférence. Preuve que ces activités sont efficaces et qu'il s'agit d'un thème qui mobilise les jeunes. Les mentalités sont en train de changer!

 

Sur 100 personnes à qui l'on a posé la question "Accepteriez-vous que l'on prélève des organes sur votre proche parent qui n'avait pas exprimé son désir?", 78 ont répondu clairement oui ou non, mais 22 ont choisi "NON, parce que je ne sais pas s'il aurait été d'accord..." C'est cette ignorance qui est criminelle et qu'il faut faire disparaître en en parlant avant. Si ces 22 avaient dit OUI de leur vivant, en sachant qu'un donneur peut sauver plusieurs vies, c'est peut-être plus de 50 personnes qui ne seraient pas décédées faute d'un organe arrivé à temps (greffe du cœur...), ou qui auraient pu retrouver une vie normale (greffe d'un rein, de cornée...).
P.S. Je suis à la disposition des enseignants qui souhaiteraient mon passage dans une de leurs classes pour un témoignage sur ce DON DE VIE.

 

 

 



28/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres