Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

Booster la formation des profs et mieux les payer (je rêve?)!

Jean-Claude Marcourt, ministre de l'Enseignement Supérieur, veut réformer la formation des maîtres. Ce n'est pas une nouveauté, et ça risque d'être encore longtemps au programmes des futurs ministres.

 

Une grande enquête menée par des chercheurs universitaires (ça c'est du sérieux!) déclare : "L'école a besoin d'une grande réforme!" Ah bon? On ne savait pas.

 

Depuis plusieurs années, les professeurs chevronnés, ceux qui savent pourtant le mieux tenir leurs classes, quittent le navire avant l'âge de la retraite à un rythme soutenu et inattendu, on a beau leur offrir des conditions très intéressantes, plein d'avantages, "non merci, je me tire!" Les jeunes recrues ne restent pas plus de 5 ans. Les vieux rats et les ratons quittent le navire. La faute à quoi? "Quoi" existe-t-il  au pluriel?

 

Il y a le manque de considération, c'est le moins qu'on puisse dire, des élèves-dieux, des parents, des directions pour qui la devise est devenue : "Un élève, c'est un client, un prof : un subalterne!". Les perpétuelles vexations, les bonnes volontés ou les initiatives écrasées dans l'oeuf parce que ne venant pas du chef, les cours préparés pendant des heures et des heures et que l'on n'a plus l'année suivante, les critiques, pire encore les jalousies quand vous faites trop bien, les ambitions des arrivistes qui n'hésitent pas à vous salir pour prendre votre place, bref tout ce qui vous donne envie un jour de dire "Merde! maintenant j'en fous le moins possible, ou, pire encore, je me barre!". Et comme je les comprends, c'est du vécu...

 

Il y a la pléthorisation organisée de la paperasse, le caractère vexatoire des inspections faite par des inspecteurs qui n'ont jamais donné cours, ou qui se sont arrangés pour quitter l'enseignement où ils ne tenaient plus rien, ou encore, comme souvent, qui sont pistonnés par la politique et qui changent selon la couleur du Cabinet. Le dernier inspecteur d'Etat que j'ai connu, je l'ai vu 2 fois, et puis il est devenu chef de cabinet du ministre je ne sais plus qui. C'est fou comme ces gens-là  sont polyvalents : du coup on se les dispute dans les ministères... Et puis il y a l'élite de l'élite : ceux qui ont reçu le don! Ainsi, un collègue chevronné (de mon âge, donc chevronné!) m'a raconté qu' un jeune inspecteur qui leur avait "rendu visite" avait démoli tout leur travail puis s'était embarqué dans des théories fumeuses. Irrité, mon collègue lui avait fait une remarque ironique sur "tant de compétences à un si jeune âge, c'est étonnant!". Nullement vexé, le roquet lui avait répondu que c'était tout à fait normal, puisque son père était déjà inspecteur avant lui! Voilà donc "le monologue de l'idiot" de Faulkner devenu génétique! Nous sommes loin du système français qui, malgré ses défauts, base quand même la promotion interne sur des examens rigoureux qui donnent la place aux meilleurs! 

 

Autre grave problème : la formation insuffisante ou inutile. Insuffisante : à l'Université, mes cours d'agrégation se sont limités à de l'histoire de la pédagogie, de la docimologie (comment coter) vaporeuse, et des "stages" : une dizaines de leçons à suivre et une dizaine à donner (je sais, cela a changé). Pour les cours que je devais donner, j'avais choisi l'IND à Comines, ma maître de stage n'est jamais venue : "Comines, c'est où? Ou là : trop loin! débrouille-toi!"

Et le pire de tout, c'est que la majorité des maîtres de stage et des profs de pédagogie ont appris leur métier dans les livres : ils ne savant pas ce que c'est que se trouver face à une classe de 33 élèves. Moi non plus je ne savais pas, et c'est ce que j'ai eu pour le premier cours de ma vie, je débarquais tout frais et enthousiaste de l'Université, plein d'idéal et des bonnes idées dont j'avais été abreuvé, pour me retrouver devant une 3P de 33 élèves dont la moitié savait à peine lire. C'est aussi ça l'a-formation, avec alpha privatif...

 

Ah oui, pour couronner le tout et mieux les motiver, les profs seront mieux payés! On a fait le compte, ça devrait coûter au moins 600 millions d'€! Une bagatelle. Mais au fait, ne sommes-nous pas en pleine crise, et les budgets des ministères ne sont-ils pas bloqués jusqu'en 2020?

 

Bon, ben on commencera par le reste du projet. Mais les formateurs qui sont en place, ils sont nommés! On ne peut pas les virer pour incompétence! Alors quoi? On va les re-former? D'accord, mais qui va leur apprendre à vraiment apprendre à donner cours?

 

Allez, amusez-vous bien! Moi, je vais observer tout ce bordel depuis mon balcon. "La Comédie Humaine"...!



29/02/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres