Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

"L'enseignement catholique coûte cher!"

C'est ce que j'ai lu hier à la une du Soir que, du coup, je me suis empressé d'emporter (en l'ayant payé bien sûr!)

 

Deux pages de  dossier dans la série "Les Tabous des belges"...

 

Et la lecture de ces deux pages m'a passablement incommodé. En effet, on part du principe que les deux réseaux d'enseignement en Belgique coûtent cher. Jusqu'à là je suis d'accord, il y a parfois concurrence entre deux sections identiques qui chacune de son côté peine à avoir le nombre d'élèves requis, et il serait plus intelligent de les regrouper.

 

Dans l'énumération des autres problèmes, le pire et le plus sournois c'est qu'on ajoute à charge des défauts de l'enseignement libre catholique son prétendu caractère "évangélisateur de force". Et je lis : il faut "amener l'école libre à la neutralité philosophique", "les pouvoirs publics n'ont pas à financer un enseignement catéchisant", "cette école est organisée sur des principes religieux avec, encore, l'évangélisation des élèves". Mais je crois rêver, on se croirait encore au XIXè siècle, dans la guerre scolaire entre Catholiques et Libéraux!

A en croire certains, les écoles catholiques seraient encore le repaire d'enseignants en soutane qui veulent enrôler de force leurs élèves dans les brigades de l'Opus Dei...

 

Mon école a connu ou connaît encore des élèves témoins de Jéovah, musulmans ou protestants et leur intégration ne pose en rien problème. Le cours "de religion" est un cours à part entière, dont le programme est approuvé par la Communauté Française et méticuleusement inspecté, je vous le garantis.

 

J'ai enseigné plus de 35 ans dans un Collège catholique et je n'y ai connu qu'un seul prêtre, qui faisait de son cours de religion quelque chose que tous les élèves aimaient et qui n'avait vraiment rien de religieusement traditionnel! Nous ne sommes pas aux USA où des profs de sciences refusent de traiter de l'évolutionnisme ou d'autres prêchent encore Adam et Eve au cours d'Histoire!

 

Non, toutes ces affirmations sont le fait de jaloux de la qualité de la formation et du nombre d'élèves qui préfèrent le réseau libre!

 

Mais le pire, c'est qu'avec toutes ces critiques, certains osent rejeter sur l'enseignement libre la faute du coût exorbitant de l'enseignement en Belgique.

 

Là heureusement, le journal Le Soir apporte quand même un sérieux bémol à cette accusation. En effet, dans cet article, il n'y a heureusement pas que des mots, car avec ceux-ci on peut tout dire et n'importe quoi. Il y a aussi des chiffres qui parsèment le texte, et qui, mis ensemble, nous ramènent à une réalité bien différente!

 

En effet, il est précisé que la Communauté Française scolarise 15% des élèves belges, et le Libre 85% (catholique 50%, communes + provinces 35%). Mais et surtout, les subsides d'un élève du libre représentent 60% seulement de ce que coûte un élève dans l'enseignement officiel

 

Je sais encore un peu calculer : en prenant p. ex. 100€ pour le coût d'un élève,  100 élèves dans l'officiel coûteraient 10.000€. Dans la situation actuelle, avec 85 élèves à 60€ au lieu de 100€, la facture totale s'élève à 6.600€u total : 34% de bénéfice sur le dos du libre!!!

 

Sans compter les bâtiments que l'Etat ne doit pas construire! Pour l'entretien des bâtiments, l'Etat n'intervient que dans les intérêts des emprunts, comme pour l'achat de votre propre maison!!!

 

Il y a bien quelqu'un parmi mes lecteurs qui doit connaître le nombre d'enfants scolarisés en Belgique, et le montant réel du coût  par enfant, ça permettrait de calculer la totalité de l'argent gagné par l'Etat grâce à l'existence du réseau libre!

 

Je crois fermement que la fusion des réseaux n'est pas pour demain! Dormons tranquille...

 



10/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres