Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

La mort d'un enfant : "Mais que fait Dieu?"

                La mort d’un enfant est toujours une cause de douleur absolue, et elle provoque à juste titre un sentiment d’impuissance et d’injustice. Pourquoi la mort d’un innocent ?

                Tout récemment, la mort d’un petit Cominois a une fois de plus ranimé cet élan d’émotion mais aussi de révolte.

                Et une fois de plus, dans la foule de messages qui ont fleuri sur différents blogs ou sites sociaux, j’ai lu la colère et la révolte, qui souvent se tournait contre Dieu : « Pourquoi Dieu permet-il la mort d’un enfant ? », « Mais que fait Dieu ? »…

 

                Je comprends très bien cette révolte, la mort d’un enfant est toujours une injustice intolérable. Mais je regrette un peu que l’on rejette toujours la faute sur un autre, fût-il Dieu.

                En effet, mais ceci est mon opinion personnelle, j’ai plutôt envie de hurler : « Mais mon Dieu, que font les Hommes ? »

                Toujours selon moi, et j’en suis profondément persuadé, Dieu a donné aux Hommes tout ce qu’il leur faut pour parvenir par eux-mêmes à un monde « parfait » d’où auront disparu ces ignobles maladies : ces instruments sont au nombre de deux : son Intelligence et la Nature. Avec son intelligence, l’homme est capable de tout comprendre, de tout expliquer, de tout résoudre et de tout construire pour arriver à ce monde meilleur. Et pour cela, la Nature lui donne tout ce dont il a besoin pour réaliser toutes les machines et tous les médicaments nécessaires. Grâce aux progrès de sa technologie, il a été capable de construire les plus grands satellites et téléscopes capables d’explorer et de comprendre l’infiniment grand, il doit donc être capable de réaliser des microscopes encore plus puissants afin de débusquer les maladies tapies dans l’infiniment petit. La Nature lui donne tout ce qu’il faut : minéraux, plantes et animaux pour élaborer tous les médicaments nécessaires. Un champignon permet de faire vivre les transplantés, le nucléaire détruit les cellules cancéreuses (les deux associés ont fait et font que je vis encore aujourd’hui…), des chiens commencent à être dressés pour être capables de renifler des cancers...

                Tout cela est très beau et plein d’optimisme, encore faut-il encore le vouloir. Je prétends qu’une partie de la volonté est là : les chercheurs et les médecins ont le cerveau rempli d’idées et de projets concrets. Mais, et voilà LE MAIS : cela demande de l’argent.

                Je le clame avec certitude : multipliez le budget de la recherche contre le cancer par 100, et vous aurez 100 fois moins d’enfants malades, multipliez-le par 1000 et vous aurez 1000 fois plus de guérisons ! C’est si simple ! Presque trop simple!

                MAIS ! Mais 90% du budget de la recherche est consacré à la guerre ou à faire toujours plus de profits, l’industrie pharmaceutique ne consacre aucun budget pour des maladies non « rentables »… Remplacez tous les véhicules militaires du monde par des engins agricoles et la faim dans le monde sera vite oubliée… J'ai l'air d'être un doux rêveur, mais je ne suis pas le seul, lisez ce qui suit...

                J’ai entendu hier que la malaria va enfin être vaincue grâce à un vaccin dont la recherche a été financée par Bill Gates, le patron de Microsoft. Il aura fallu attendre un seul homme, un "doux rêveur", et des fonds privés pour qu’en à peine 10 ans, cette maladie qui tuait des millions d’hommes depuis des siècles soit vaincue. C’est une honte pour l’Humanité ! Cette maladie ne rapportait rien car les malades étaient trop pauvres pour se payer les médicaments !...

                Dieu ne nous a pas donné le Paradis Terrestre tout fait, mais nous avons reçu tout ce qu’il faut pour le créer nous-mêmes. Et je crois que c’est bien ainsi, car si nous l’avions reçu en cadeau, nous n’en aurions jamais connu la vraie valeur, et nous aurions très vite cassé notre jouet. Regardez ce qu’Adam et Eve en avaient fait…

                Mais pendant combien de temps encore des enfants innocents devront-ils mourir pour que nous apprenions enfin que c’est à nous de prendre les choses en mains. Peut-être, sans doute, en donnant plus aux chercheurs, mais aussi, en tant que citoyens électeurs, en réservant nos voix à ceux qui font de la recherche médicale la priorité des priorités.

                Si je suis encore vivant, c’est sans doute aussi pour pouvoir en témoigner !



22/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres