Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

Le travail qui rend heureux!

Superbe article/analyse aujourd'hui dans Nord-Eclair : "Les métiers du bonheur". Le journal reprend et analyse les résultats d'une très sérieuse étude américaine (Organisation Nationale pour la Recherche de l'Université de Chicago) qui a établi une classement des métiers qui rendent le plus heureux. Du meilleur au pire. Et sans discussion, c'est le métier de prêtre qui arrive en tête des professions génératrices de bonheur. Suivent les pompiers, les kinés, les auteurs, les professeurs en enseignement spécialisé, les instituteurs, les psychologues, les employés dans le financier et les ingénieurs de chantiers.

 

Le métier de prêtre n'est pourtant pas le plus facile, ni le mieux apprécié par les gens, souvent même dénigré. Il nécessite de la volonté, de l'abnégation, de la persévérance et beaucoup d'espoir. Mais ne dit-on pas que la Foi déplace des montagnes, et un peu comme des Christophe Colomb, des Galilée ou autres Nelson Mandela, c'est leur Foi, ici en Dieu, qui leur donne, malgré toutes les adversités, ce BONHEUR suprême dans la certitude de la Foi, le service, la confiance en l'Homme. Et comme je les comprends... 

 

Et, comme le remarque si bien le journaliste, ce n'est pas un hasard si tous ces métiers qui rendent le plus heureux sont des métiers "de service et d'engagement", d'"altruisme", d'autonomie également, et surtout où l'argent n'est pas la première motivation,ce qui est pour moi un indice très révélateur.

 

Et en effet, l'argent ou le prestige d'une profession ne font pas le bonheur : les métiers les moins gratifiants sont : directeur de technologie de l'information, directeur des ventes et du marketing, manager de produits, développeur web, spécialiste technique, électricien, avocat, analyste technique, machiniste... Apparemment des métiers où on a beaucoup de responsabilités, ou pas du tout. Des métiers très hiérarchisés aussi, où ne voit pas facilement une raison de ce que l'on fait jour après jour.

 

Le journal cède ensuite la parole aux doyens de Mouscron et Comines, Philippe Pêtre et Jean Demay. Et ceux-ci viennent étayer le résultat de l'étude américaine. Ils se sentent heureux dans leur engagement de Foi qu'ils résument en quelques mots clés : le sens de la vie, l'amour absolu, l'espoir et la confiance.

 

 Je crois que la grande leçon à tirer, outre que l'argent ne fait pas le bonheur, c'est qu'aujourd'hui, si tant de gens ne sont plus heureux dans leur métier, c'est qu'ils n'y trouvent justement plus la joie d'admirer le fruit de leur travail, le "produit fini", parce que le matérialisme a tout gommé au profit du rendement financier ou du prestige illusoire d'une profession. A la notion de "travail qui rend libre", on a substitué le "travail aliéné" par ce fameux matérialisme...



11/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres