Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

15/02 "Jouons un peu avec la langue française"

 

Pour les férus de la langue française, quelques étrangetés que vous ne connaissiez peut-être pas.

 

·1      Le plus long mot « PALINDROME » de la langue française est « ressasser ».  C'est-à-dire qu’il se lit dans les deux sens, comme « radar »… Peut-être connaissez-vous aussi la phrase palindrome suivante : « Esope reste ici et se repose »… ou encore « Tu l’as trop écrasé, César, ce Port-Salut. » L’écrivain George Perec est l’auteur d’un palindrome de 1247 mots. Qui dit mieux ?

 

·2      « Institutionnalisation » est le plus long « LIPOGRAMME » en « e ».  C'est-à-dire qu'il ne comporte aucun « e ».
 

·3      L'ANAGRAMME de « guérison » est « soigneur »  C'est-à-dire que le mot comprend les mêmes lettres.

 

·4      « Endolori » est l'anagramme de son antonyme « indolore », ce qui est paradoxal.

 

·5      « Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette».

 

·6      « Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave.  Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !

 

·7      Le mot « simple » ne rime avec aucun autre mot. Tout comme « triomphe », « quatorze », « quinze », « pauvre », « meurtre , « monstre », « belge », « goinfre » ou « larve ».

 

·8      « Délice », « amour » et « orgue » ont la particularité d'être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle. Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l'amour au pluriel. C'est ainsi!

 

·9      « Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres : [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x] .....

 

« oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles.

 

Quelques informations supplémentaires pour les amoureux de jeux linguistiques.

 

A propos du LIPOGRAMME :

la disparition.jpg

 

L’écrivain George Perec a publié en 1968 un roman entier qui est un lipogramme de la lettre « e ». Son titre est déjà prémonitoire : « La Disparition ».

 

Pas une seule lettre E dans tout le roman policier dont le héros s’appelle « Anton VOYL » (« Voyl » = « Voyelle » sans E !).

 

De nombreux autres indices de cette disparition parsèment le récit :

 

-un énorme E sur la couverture originale

 

-un roman en 26 chapitres (=les 26 lettres de l’alphabet) dont le 5ème n’existe pas…(« e » = la 5ème lettre !)

 

-Voyl possède une bibliothèque de 26 livres dont le tome 5 est manquant…

 

-il assiste à une course de 26 chevaux dont le 5ème est non-partant, etc.

 

D’autres jeux de lettres, p.ex. 6 personnages ont disparu : Nicias, Optat, Parfait, Quasimodo, Romuald et Sabin : les initiales = la série de lettres NOPQRS.

 

On découvre aussi des pastiches de poèmes célèbres :

 

-« Sois soumis, ô mon chagrin » (« Recueillement » de Baudelaire : « Sois sage ô ma douleur »)

 

-« Booz assoupi » (« Booz endormi » de V. Hugo)

 

-le poème « Voyelles » de Rimbaud y devient « Vocalisations »

 

Pour les amateurs de lecture, voici la première page de ce roman qui en fait quand même 319, sans une seule lettre E !!!!

 

"Anton Voyl n'arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s'assit dans son lit, s'appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l'ouvrit, il lut; mais il n'y saisissait qu'un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la signification. Il abandonna son roman sur son lit. Il alla à son lavabo; il mouilla un gant qu'il passa sur son front, sur son cou. Son pouls battait trop fort. Il avait chaud. Il ouvrit son vasistas, scruta la nuit. Il faisait doux. Un bruit indistinct montait du faubourg. Un carillon, plus lourd qu'un glas, plus sourd qu'un tocsin, plus profond qu'un bourdon, non loin, sonna trois coups. Du canal Saint-Martin, un clapotis plaintif signalait un chaland qui passait. Sur l'abattant du vasistas, un animal au thorax indigo, à l'aiguillon safran, ni un cafard, ni un charançon, mais plutôt un artison, s'avançait, traînant un brin d'alfa. Il s'approcha, voulant l'aplatir d'un coup vif, mais l'animal prit son vol, disparaissant dans la nuit avant qu'il ait pu l'assaillir."

 

Une dernière chose : en 1972, par esprit de contradiction ou pour se faire pardonner et redonner au E la place qu’il mérite, Georges Perec a écrit un nouveau roman, dans lequel cette lettre est de retour en force, mais cette fois-ci toutes les autres voyelles ont disparu!

 

Pour le titre, il se permet néanmoins une faute d’orthographe : « Les Revenentes » !

 

les revenentes.jpg

 



15/02/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 96 autres membres