Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

En Grèce et ailleurs : ventre affamé n'a pas d'oreilles!

      La situation sociale et les émeutes populaires en Grèce m'interpellent.

On a vu des images de casseurs à l'oeuvre, mais les dizaines de milliers de personnes présentes n'ont pas réagi! Par peur de cette violence? Ou alors par passivité tacite et complice? Ce serait pire, mais peut-être compréhensible...

 

   En effet, on peut certainement accuser les Grecs d'être eux-mêmes la cause de leur faillite: les impôts ne rentrent pas, les fonctionnaires sont pléthoriques et le travail au noir gangrène 80% de l'économie.

 

    Tout cela est vrai, mais s'il faut absolument régler tous ces problèmes, la solution est-elle de puiser toujours plus dans la poche des plus faibles? Est-ce ça la justice? Les pauvres sont-ils les véritables responsables de cette faillite? Non, bien sûr!

 

    Quand je lis qu'avec un revenu de 600€ une famille doit payer 450 € de loyer, comment s'en sortir? Quand un ménage avec un revenu unique de 900 € et 3 enfants n'a soudain plus droit aux allocations familiales, comment tenir le coup? Quand on entend que le Smig va être raboté de 22%, peut-on l'admettre? Ne serait-ce pas plus juste d'amputer tous les autres salaires sauf le smig de ces 22%?

 

    Et les banques étrangères qui pendant 10 ans ont continué à prêter de l'argent à la Grèce alors qu'elles savaient bien qu'elle ne serait jamais capable de rembourser, n'y a-t-il pas là un but bien précis de ruiner ce pays pour en devenir le maître?

 

    Il y a 150 ans, à propos des "Misérables", Victor HUGO expliquait que "Quand le riche ne voit plus qu'il y a des pauvres dans la rue, et que le pauvre qui a faim voit toutes ces richesses étalées, alors, dans les yeux du pauvre, c'est la Révolution en marche que je vois!..."

 

    Un homme qui a froid peut supporter de grelotter. Un homme qui a faim peut encore se serrer la ceinture d'un cran et se taire. Mais l'homme dont les enfants ont faim ne pense plus à son ventre, mais à la Révolution! Quand on lui a tout pris, qu'il n'a plus aucun espoir et que ses enfants lui demandent à manger, il ne raisonne plus, il redevient l'animal qui peut tuer pour défendre ses petits, et je ne vois là que la pure justice de la lutte pour l'égalité de la vie!...

 

   En 1789, c'est la faim qui a pris la Bastille puis a décapité le Roi et tous les Nobles.

 

   En 1917, en Russie, c'est la faim qui a poussé les soldats à quitter le front russo-allemand pour aller exécuter le tsar et confisquer les champs.

 

   En 1929, dernier domino de l'effet du Krach de Wall Street, c'est l'Allemagne qui mourait de faim : sommée du jour au lendemain de rembourser aux Alliés toutes ses dettes de guerre.

Et elle a bien payé ses dettes : en mettant Hitler au pouvoir, Révolution tout aussi mortifère!...

 

    Nos hommes politiques négligent décidément trop souvent les leçons de l'Histoire... Et ils jouent avec le feu!

 

    La Grèce, aujourd'hui, n'est que la partie émergée de l'iceberg. La menace pèse sur de nombreux autres pays...

 

     Et si nos gouvernants inconscients continuent à vouloir faire payer la crise aux plus pauvres, alors que l'argent est bien là, mais ailleurs, je crains que nous ne soyions malheureusement partis dans une fuite en avant... Alors tant pis pour eux : remettre les compteurs à zéro une fois pour toutes, s'il faut aller jusqu'à là? Ca s'est déjà fait : mais jamais sans douleur...



15/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres