Le Monde vu de la Cortewilde

Le Monde vu de la Cortewilde

"Si t'es pô d'ichi, acate nin d'ichi!"

            Certains vont dire que j’ai encore
une fois une dent contre le Festival du Commerce Cominois, mais ce n’est pas
vrai : les miennes sont toutes fausses. Mais je me demande parfois s’ils
ne le font pas exprès…

 

            Ce week-end, je discutais justement avec un commerçant de ce problème de devoir dépenser 150€ pour avoir une seule participation au tirage. Il a admis que c’était « un peu » vrai et
que l’année prochaine, on reverrait probablement le niveau vers le bas. Cela me
semblerait pour le moins plus juste pour les plus pauvres des acheteurs.

 

            Mais lorsqu’il m’a énoncé une des raisons de ce choix de la carte collector, je suis resté interloqué. Cela aiderait, paraît-il, « à éviter le plus possible que le gros lot ne parte
chez un acheteur étranger qui ne serait passé qu’une seule fois faire ses
courses à Comines » (sic). Les acheteurs indigènes seraient donc
privilégiés par ce système.

 

            Alors ça, je le trouve un peu fort de café. Outre que le système est déjà injuste en privilégiant certains acheteurs (ce qui ne colle pas avec la définition d’un tirage au
sort), il y a bien pire, avec ce que j’appellerais une « belle hypocrisie ».
En effet, on organise un battage publicitaire en dehors de nos frontières
(linguistique et nationale), on se complaît à coups de politesses et de
courbettes à accueillir le client comme un prince, on le félicite pour son
achat, on encaisse son argent en bavant de plaisir, on lui tient même la porte
à la sortie en le bombardant de « bonne chance », et dès qu’il a le
dos tourné, on prie tous les dieux pour qu’il soit chocolat et que la voiture
reste à Comines. Une attitude que j’appelle du pur cynisme ! Et rappelons
que ce système évince en plus la majorité des petits acheteurs. Je connais deux
vieilles dames qui doivent mettre en commun leurs étoiles pour espérer remplir
une carte… Mais où va-t-on ?

 

            Cela me fait penser au douanier Raynaud qui n’aimait pas les étrangers parce qu’ils venaient manger notre pain, à Comines, on ne les aime pas parce qu’ils viennent gagner nos bagnoles… Ou encore  cet épicier franchouillard de la 7ème Compagnie, vous savez : celui du « à l’ail » !
A la seule différence qu’à son époque, les étoiles étaient jaunes…

 

            Trève d’ironie ! J’ai des amis commerçants, ce sont des personnes honnêtes, je ne veux pas croire qu’ils cautionnent de telles affirmations et j’espère que leur collègue ne parlait que pour
lui !!! Sinon, Seigneur, délivrez-moi de mes amis !

 

            Dans le cas contraire, on aura inventé à Comines une nouvelle idéologie économique pour laquelle je propose le néologisme suivant : « le mercantilisme xénophobe » qui aura
pour devise : « Si t’es pô d’ichi, acate nin ichi ! ». Cela
ira bien avec « l’ostracisme du pauvre » qui a déjà cours !



19/12/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres